Anti-effractionAnti-effraction EN 1627-1630 : CR2, CR3, CR4, CR5

Parler d’”anti-effraction” n’est pas tout à fait exact.

Il serait plus correct de parler de “retardateur d’effraction”. En effet, les moyens mis en oeuvre (outils d’attaque) pour forcer l’accès à la zone protégée sont toujours mis en rapport avec une durée laissée à l’agresseur ainsi qu’à son niveau d’expérience.

Dans 80% des cas, les malfaiteurs attaquent d’abord la porte de l’établissement à cambrioler. La porte constitue donc l’élément primordial à sécuriser dans l’enveloppe extérieure du bâtiment.

En règle générale et pour tout type de compartimentage (anti-effraction, coupe-feu, acoustique, …), ce sont les ouvertures du bâtiment qui en constituent le point faible.

3 éléments stratégiques déterminent le niveau final de sécurité.

Concevoir une protection contre les agressions implique l’analyse de ces 3 éléments stratégiques :

1  Les risques d’agression
Vandalisme
Vol par effraction
Attaque à main armée
Fraude
Espionnage et sabotages industriels
Emeute
Terrorisme
etc…
2  Les agresseurs potentiels
Opportuniste
Criminel occasionnel
Petite délinquance
Criminel expérimenté
Grand banditisme
Terroriste
etc…
3  Son système de sécurité
1. Détection
2. Analyse
3. Alarme
4. Boucliers retardateurs
5. Alerte
6. Intervention

NE PAS OUBLIER que le chaînon le + faible détermine le niveau final de sécurité !

Tableau des normes

Pays Europe France
Normes EN 1627
EN 1628
EN 1629
EN 1630
NF P20-551
NF P20-320
Symboles CR /
Classes de résistance CR1 à CR6 Niv 5 A
Niv 5 A, B
Niv 5 A, B, B+
Performance anti-effractionClasse de résistance
Heinen
CR2
CR3
CR4*
CR5**
Niv 5 A, B
Niv 5 A, B, B+

* Portes doubles : CR2 à CR4
** Portes simple de : CR2 à CR5

Normes

Le référentiel unique au niveau européen pour l’évaluation des performances des menuiseries retardatrices d’effraction est la norme EN 1627 / 1628 / 1629 / 1630.
Heinen réalise tous ses essais anti-effraction au CNPP (Centre National de Prévention et de Protection), l’un des laboratoires les plus réputés en essais anti-effraction.

Les normes EN 1627-1630 proposent un système de classification en six catégories (1 à 6 par ordre croissant de résistance à l’effraction) et décrivent les méthodes d’essai utilisées afin d’évaluer la résistance de ces éléments sous charge statique, dynamique ainsi qu’aux tentatives d’effraction manuelle. La norme EN 1627 décrit les conditions des essais et les classes de résistance.

Les tests quant à eux se déroulent en trois étapes :

  1. Résistance à une charge statique (EN 1628)
  2. Résistance à une charge dynamique (EN 1629)
  3. Résistance aux tentatives d’effraction manuelle (EN1630)

La norme 1627 décrit les moyens (force, outils, durée, …) mis en oeuvre lors des tentatives d’effraction manuelle pour :

  • réussir à ouvrir la porte
  • ou créer une ouverture permettant de faire passer des gabarits aux dimensions définies (trou d’homme)

Lors de ce test, un set d’outillage différent pour chaque classe est mis à la disposition des « attaquants ». Les attaquants ont loisir d’utiliser celui-ci ainsi que tous les autres outils repris dans les classes inférieures.
Le temps de contact défini par la classe est la durée pendant laquelles les outils sont en contact avec la porte.
La durée totale du test comprend quant à elle les temps de contact, temps de repos, temps d’observation et temps de « changement d’outil ».
Les attaquants ont, au préalable, eu l’occasion d’étudier les plans de la porte testée, afin de déterminer les éventuelles failles par lesquelles s’introduire. Cela leur donne un avantage considérable par rapport à une situation d’assaut réelle.

Pour découvrir le tableau avec les outils et les durées d’essais imposés pour chaque classe de la norme, téléchargez notre documentation sur les normes anti-effraction !

Découvrez nos utilisations spécifiques

Voici quelques exemples d'utilisations spécifiques possible pour ce produit Heinen